Falconry-Falconeria - La cetrería - falknerei

La fauconnerie

La fauconnerie est pratiquée sans interruption depuis plusieurs millénaires et elle est souvent considérée comme une forme de chasse, mais son sens et son essence doivent être recherchés bien au-delà de cette définition.

Cette discipline est quelque chose de beaucoup plus complexe et profond, qui dépasse ce qui peut être son apparence extérieure de simple activité sportive et ludique.

C’est une activité très ancienne, pratiquée d’est en ouest par une multitude de peuples. Elle est fortement enracinée dans la culture, dans les traditions et dans l’histoire de l’homme. Pour cette raison, elle est reconnue par l’UNESCO en tant que patrimoine culturel immatériel de l’humanité.

Frédéric II de Hohenstaufen

Frédéric II de Hohenstaufen est, encore aujourd’hui, après huit siècles, le personnage symbole de la fauconnerie dans le monde occidental.

C’était un homme cultivé et hors du commun, empereur, avec des possibilités infinies et inimaginables à notre époque ; il avait un pouvoir total sur tout ce qui l’entourait.

Certes, il ne manquait pas de quoi occuper son temps, mais néanmoins, il  consacrait une bonne partie de sa vie à la fauconnerie, la pratiquant et l’aimant avec passion.

Maître en cet art, Federico II, stupor mundi  nous a également légué un traité chef-d’œuvre dans son genre, le De arte venandi cum avibus, que tous les fauconniers encore aujourd’hui ont lu et qui a fait l’histoire de la fauconnerie, et non seulement.

the empereor of the falconers

Etre fauconnier

Frédéric II a interprété et expliqué la fauconnerie comme une discipline qui tient, bien sûr, de la science mais  qui suggère aussi des comportements au niveau moral et éthique, qui exige une application constante et qui, par conséquent, devient pour le fauconnier une manière de penser et d’agir, une  » forma mentis  » qui a un effet aussi sur la vie quotidienne.

Ce qui doit être apprivoisé, ce n’est pas tellement l’animal sauvage, mais plutôt ”l’homme sauvage”, avec son impulsivité, puisque ce n’est pas la force qui compte dans cette discipline, mais plutôt la finesse et la rationalité ; c’est donc le fauconnier, l’homme, qui doit s’entraîner et même s’éduquer à l’art pour bien se conduire par la suite.

Du temps de Frédéric II, la fauconnerie était un art de formation, car il enseignait à être patient, contrôlé, persévérant, à prendre rapidement des décisions et en même temps à être prévoyant et à penser stratégiquement, à long terme.

Le fauconnier doit être assidu, scrupuleux, sincère et loyal, capable de reconnaître et comprendre ses propres erreurs pour pouvoir ensuite les corriger.

Il en est toujours ainsi de nos jours.

Falconry-La cetrería-Falknerei-Fauconnerie-La falconeria

Notre philosophie de la fauconnerie

Expression artistique

La Fauconnerie est une forme d’expression artistique, un jeu pour l’esprit, qui exige de la créativité et de l’habileté pour être menée à bon terme ; cela demande de l’investissement et de la concentration et recèle un fort sens esthétique et symbolique. Plusieurs éléments doivent se conjuguer de manière harmonieuse.

Puissance de la nature

 

La prédation n’est pas une fin en soi, il s’agit plutôt de concilier la technique et l’esthétique dans le but  de réussir à apprécier au mieux le potentiel extraordinaire de la nature, l’homme y étant inclus.

 

Nourriture de l'esprit

Elle n’est pas finalisée à la nourriture du corps mais à celle de l’esprit, si bien que, à son époque dorée, les vols ( c’est ainsi que l’on définit l’action du faucon en chasse ) se pratiquaient aussi sur des proies non comestibles, uniquement à la recherche de la beauté et du spectacle de ces vols.


Éthique et respect

La capture  de la proie n’est donc pas le seul objectif, c’est plutôt le prix pour une action bien exécutée et, dans ce jeu, le prix, entendu comme une juste conclusion, peut être mérité et attribué aussi à la proie qui parvient à s’échapper grâce à sa ruse et à son habileté. Il n’y a pas de différence entre le prédateur et la proie : les deux ont une dignité et une valeur égales. Le spectacle, c’est ça aussi.


N'est pas un passe-temps

La fauconnerie n’est pas un sport, ce n’est pas un passe-temps, c’est bien ce que nous disons : ce n’est pas un sport et ce n’est pas un passe-temps, mais une discipline très complexe qui implique, engage et dirige une grande partie de la vie de eux qui la pratiquent. C’est pouquoi elle a toujours été considérée comme un art par définition.

Machine à remonter le temps

 

La fauconnerie est une formidable machine à remonter le temps. Et elle fonctionne vraiment ! Ceux qui la pratiquent savent qu’ils se confrontent au temps et à l’histoire, qu’ils répètent les mêmes gestes, voient les mêmes scènes, ont les mêmes pensées et vivent les mêmes émotions que celles ressenties par d’autres hommes ayant vécu à une époque et dans un monde différents. Ils savent que le monde a changé mais ils savent aussi que l’Homme ne s’est pas éteint.

Nos projets

Nos produits sont dédiés à la fauconnerie, ce sont des objets artistiques, évocateurs, fabriqués avec beaucoup de soin et de passion et qui tentent d’interpréter et de représenter la beauté de cet art.